Expocert

jeudi 20 janvier 2022

Restauration, hôtellerie, évènementiel... Jean Castex annonce des aides financières

Le Premier ministre a annoncé mardi que l'exécutif allait prendre en charge 20% de la masse salariale des entreprises de moins de 250 salariés accusant une perte de chiffre d'affaires.. 

Dès lors qu’une entreprise des secteurs cités ci-dessus et de moins de 250 salariés accusera une perte de chiffre d’affaires de 30% sur les mois de décembre à janvier, par rapport à 2019, elle sera éligible. 

mardi 18 janvier 2022

Covid-19 : de nombreux salons professionnels reportés

Avec l’explosion des cas de Covid-19 dans le monde, les reports de grands événements professionnels se multiplient en France, notamment à Paris.

L’expansion spectaculaire du variant Omicron perturbe des pans entiers de l’économie. Entre les faibles niveaux de réservation et la multiplication des arrêts maladie, des compagnies ferroviaires et aériennes ont du se résoudre à réduire la voilure. Le secteur de l’événementiel est un autre secteur très touché. De nombreux salons professionnels prévus ce mois de janvier ont été annulés ou reportés dans l’Hexagone, plus de 130 selon les comptages de l’Unimev (Union française des métiers de l’événement) fin décembre.

lundi 17 janvier 2022

Salons franciliens : le rebond a pourtant été fort au 4ème trimestre…

D’après les indicateurs de la CCI Paris-Ile de France, le marché des salons professionnels affiche sur l’année 2021 des résultats proches de ceux de 2020, encore loin des niveaux de 2019. Et les perspectives 2022 sont très incertaines.

Omicron cause bien des soucis aux organisateurs de grands événements professionnels, ce mois de janvier (notre article Covid-19 : de nombreux salons professionnels reportés). La déception est d’autant plus grande que le quatrième trimestre 2021 avait été celui du rebond, comme le souligne la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris Ile-de-France, laquelle publie, chaque trimestre, des indicateurs permettant d’estimer les tendances du marché des salons franciliens (*). En effet, au cours des trois derniers mois de l’année dernière, les résultats avaient été bien meilleurs que lors des sept précédents trimestres, quoique encore en retrait (103 salons au total, soit 27 de moins) par rapport au 4ème trimestre de 2019, une année de référence.



Globalement, l’année 2021 aura été très décevante pour le secteur. Mais il est vrai qu’aucun salon n’a eu l’autorisation de se tenir en présentiel dans les 21 principaux sites d’exposition et de congrès franciliens entre janvier et mi-juin 2021. Résultat, 202 salons en présentiel ont été annulés l’an dernier, et 70 ont été transposés en version digitale. Avec un impact économique considérable : 2,2 milliards d’euros de retombées ont été perdues pour le territoire.

UNIMEV dénonce des "agissements discriminatoires" du Grand Palais de Paris

Le syndicat de l'événementiel Unimev dénonce dans une lettre des "agissements discriminatoires" de la RMN-Grand Palais, qui a récemment ouvert à la concurrence l'attribution des créneaux jusque-là occupés par Paris Photo et la Foire internationale d'art contemporain (Fiac).

"L'Unimev met en garde sur les possibles conséquences pour la France si les pratiques initiées par RMN (Réunion des musées nationaux)-Grand Palais se généralisaient", écrit l'organisation professionnelle dans un courrier adressé au président de la RMN-GP Chris Dercon, consulté dimanche par l'AFP.


L'Unimev "reconnaît qu'un gestionnaire de site peut engager une révision de la programmation des événements qu'il accueille pour des raisons d'image ou de stratégie". Mais "limiter la révision de la programmation à seulement 2 créneaux, comme c'est le cas en l’espèce, relève de la discrimination vis-à-vis de l'organisateur concerné", en l'occurrence RX France, l'organisateur de Paris Photo et de la Fiac, estime le syndicat.

mardi 14 décembre 2021

Etude CCI Paris Ile de France : Le tourisme d’affaires en Europe, de l’arrêt brutal à la reprise

Cette étude consacrée au tourisme d’affaires vient compléter le document focalisé sur le tourisme d’agrément publié en octobre 2021 par le Comité Régional du Tourisme Paris Ile-de-France, le Crocis et le pôle Tourisme, Congrès et Salons de la CCI Paris Ile-de-France.

Le choc de la crise sanitaire de 2020 a été sans précédent sur l’économie mondiale.



Cependant, rares sont les secteurs qui, comme celui des événements d’affaires, ont dû rester à l’arrêt pendant 18 mois. Quelles ont été les conséquences de cette mise à l’arrêt pour la place de Paris Ile-de- France, leader mondial sur ce secteur et pour ses principales concurrentes européennes ? Quels sont les dispositifs et aménagements mis en place pour répondre à cette crise ? Quelles sont les modalités de redémarrage de l’activité et les perspectives nouvelles face à des changements de comportement dont certains seront pérennes ?


Cette étude s’appuie sur un travail réalisé par Promosalons à la demande du « Copil congrès et salons » (Cf. "Le Copil congrès et salons "). L’activité des salons est le critère principal de l’étude ; les autres dimensions du tourisme d’affaires sont abordées sous formes de focus spécifiques (Cf. "La clientèle d’affaires en Ile-de-France, diverse et stratégique pour le territoire" et "Les événements d’entreprises en Ile-de-France, un écosystème dense complémentaire des salons et congrès"}). C’est pourquoi les principales villes de congrès concurrentes de Paris sur ce segment (Vienne, Rome, Barcelone, etc.) n’ont pas été retenues pour la comparaison.

mardi 7 décembre 2021

Data book Unimev     


Dernière mouture du Databook de l'Unimev avec des données chiffrées sur la filière événements. 



A noter la proportion de 86% des exposants qui déclarent que le networking est beaucoup plus qualitatif sur un salon en présentiel que sur un salon digital. 

L’Event data book d’Unimev et l’OJS, en tant qu’observatoire des événements, sont des outils essentiels à la compréhension de notre filière. Grâce aux études menées par l'Unimev et ses partenaires dont Expocert, et les analyses qui en résultent, nous tentons de mieux comprendre les évolutions que nous traversons. 

Le secteur événementiel demande davantage d’incitation à la vaccination


Alors que de nouvelles annonces gouvernementales ont été annoncées lundi soir pour lutter contre l’expansion du variant Delta, l’Unimev s’associe à d’autres associations pour alerter sur la situation financière et psychologique aujourd’hui très précaire de nombreux acteurs du secteur.

Les secteurs de l’hôtellerie, du monde de la nuit (*), de l’événementiel, du sport, des loisirs et du tourisme ne cachent pas leur inquiétude, en pleine cinquième vague. Malgré les dispositifs d’indemnisation exceptionnels – et unanimement salués – mis en place par le gouvernement pour maintenir à flot leurs entreprises, leurs représentants – dont l’Union française des Métiers de l’Événement (Unimev) – s’inquiètent des trésoreries au plus bas, de l’endettement au plus haut (PGE à rembourser dès mars 2022) et des difficultés liées aux approvisionnements et à l’emploi. Des facteurs qui pénalisent la reprise d’activité. « De nouvelles restrictions visant à entraver leur activité pour lutter contre le covid-19 seraient insupportables et provoqueraient à coup sûr un effondrement destructeur pour l’économie et l’emploi dans le pays » précisent-ils dans un communiqué commun.


Pour l’ensemble de ces raisons, ces secteurs demandent au gouvernement d’accélérer la stratégie d’incitation vaccinale « qui lui a permis jusqu’à présent de garder une longueur d’avance dans la lutte contre la propagation du coronavirus, de protéger des vies et de préserver l’économie et l’emploi. Malgré un taux de vaccination des plus élevés d’Europe (neuf français sur dix âgés de plus de 12 ans), encore 6 millions de personnes non vaccinées se trouvent confrontées à un risque d’hospitalisation 9 fois plus élevé que les personnes vaccinées« . Et de poursuivre : « Ainsi, si de nouvelles restrictions sanitaires devaient être prises pour affronter cette 5ème vague de l’épidémie, nous demandons qu’elles visent prioritairement l’obligation vaccinale pour les personnes non vaccinées ne disposant pas de contre-indication médicale. Ces restrictions ne sauraient venir pénaliser les Français et les clients de nos secteurs qui ont fait le choix de la vaccination et qui, par esprit de responsabilité, reçoivent progressivement une troisième dose de vaccin permettant de lutter contre le variant Omicron ».

(*) Le gouvernement a annoncé ce lundi la fermeture des boites de nuit pour 4 semaines.

mercredi 1 décembre 2021

Un jour sans fin 

Depuis septembre, tous les indicateurs étaient au VERT pour la reprise de notre filière événementielle avec un niveau d'engagement très élevé sur des formats de salons, de congrès et d'événements. 

Depuis une petite semaine, l'ambiance est en train de changer avec l'effet des mesures sanitaires et la montée progressive des cas de contamination qui perturbe la dynamique. 

Espérons que les mesures d'accompagnement (fond de solidarité, chômage partiel, etc. ) seront adaptées à la situation que les entreprises de notre filière continuent de subir. 



Comme la fameuse réplique du film "Un jour sans fin".... Debout les campeurs et ô les coeurs, n'oublier pas vos bottes parce que ça caille aujourd'hui. Ça caille tous les jours par ici, on n'est pas a Miami. On en est même loin et il faut s'attendre à quelques problèmes [..

dimanche 14 novembre 2021

Rappel de la réglementation relative à la certification des manifestations commerciales 

Avec la reprise d'activité, il convient de rappeler les usages de la profession en matière de certification des données chiffrées des foires et salons. La certification des statistiques (exposants – visites – surfaces) des manifestations est une obligation légale (Code du Commerce - articles L. 762-1 à 762-3, R.762-1  à R.762-14 et A.762-1 à A.762-18)

o    Qui est concerné ?

- Les organisateurs de salons/expositions grand public ou professionnels, de foires, de congrès avec expositions.
- Les sites d’accueil des manifestations.

o    Qui sont les organismes certificateurs : (pour les manifestations <1 000m² : le site d’accueil peut réaliser cette certification)


o    Qui fait quoi :

- L’organisateur fait certifier chaque édition de ses manifestations (par l’organisme certificateur de son choix).
- L’organisme certificateur réalise les contrôles et émet un Certificat.
- Le site d’accueil (parcs d’expositions – centres de congrès – espaces multiactivités) fait les déclarations de manifestations sur le site du ministère des finances (avec les chiffres certifiés) https://www.foiresetsalons.entreprises.gouv.fr/index.php

S’agissant d’une obligation légale, l’absence de certifications et de déclarations sur le site ministériel engendre (outre les amendes prévues par la loi) la perte des couvertures d’assurances (tant pour les sites que pour les organisateurs).
La certification permet – entre autres - aux Pouvoirs Publics d’avoir une information sur la volumétrie de l’activité des sites.

La force des événements pour les territoires


La conférence « Ev & Terr » « Que seraient vos territoires sans les événements », se déroule le 17 novembre à 10H sur le Salon des Maires et des Collectivités locales ! 

Un beau plateau d’intervenants réunis par l'Unimev et ses partenaires pour parler de l’effet de levier des événements dans la relance des filières et des territoires. 

Réservez votre badge 


Cette conférence sera aussi l’occasion de dévoiler le Livre Blanc des acteurs de l’événementiel professionnel 

lundi 8 novembre 2021

Versailles inaugure son palais des congrès rénové

Versailles Palais des Congrès réouvre après deux ans de fermeture et un an de travaux. Une cure de jouvence pour cette belle structure de style Art Déco gérée par le Groupe Iris.

L’événement est important, comme en témoigne la présence de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, de François de Mazières, le maire de Versailles et président de Versailles Grand Parc, et d’Odile Delannoy, la présidente de l’association Coesio, laquelle fédère aujourd’hui 70 destinations francophones de congrès.


Il s’agit en effet d’une renaissance pour le tout premier Palais des Congrès de France, construit en 1967 par l’architecte Pierre-Edouard Lambert, un disciple d’Auguste Perret (Le Havre) ; le bâtiment se caractérise ainsi par une structure en béton et son style Art déco.

mardi 2 novembre 2021

Du changement pour Tours Evénements

La société Tours Evénements gère le Parc Expo de Rochepinard et le Palais des Congrès Vinci en centre-ville. C’est elle qui s’occupe de gérer les congrès, les grands salons comme Ferme Expo, les concerts et bien sûr la Foire de Tours. Essentiellement détenue par la ville de Tours, elle est dirigée par Christophe Caillaud-Joos depuis 2017. Venu de Paris, l’homme a succédé au très charismatique et très critiqué Denis Schwok (à qui on doit notamment les deux virages de courses Nascar aujourd’hui inutilisés). Après 4 ans de mandat, le directeur général a décidé de s’en aller à la fin de l’année parce qu’il a été sollicité par Strasbourg qui cherche un nouveau dirigeant pour son parc des expositions.

mercredi 20 octobre 2021

Mesures sanitaires dans le cadre des salons et événements 

Dans le contexte de l’épidémie de coronavirus, la santé des participants est la priorité. 
Nous vous dressons ici un rappel des principales mesures qui sont déployées.  

Port du masque, présentation obligatoire du pass sanitaire* ou certificat européen valide et distanciations physiques à respecter pour une visite en toute sécurité.

* Pass sanitaire, au choix :
- un schéma vaccinal complet
- la preuve d’un test négatif de moins de 72h
- le résultat d’un test RT-PCR ou antigénique positif attestant du rétablissement de la Covid-19, datant d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois

 


Les gestes barrières

Porter un masque en recouvrant le nez et la bouche
Se laver régulièrement les mains ou utiliser une solution hydro-alcoolique
Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
Se moucher dans un mouchoir à usage unique, puis le jeter
Éviter de se toucher le visage
Respecter une distance d’au moins un mètre avec les autres
Saluer sans se serrer la main et arrêter les embrassades

Mesures sanitaires mises en place par les organisateurs

Des affiches rappelant les gestes barrières seront disposées aux entrées, dans les allées des salons, à l’accueil, aux toilettes, dans les zones repos.
Du gel hydro alcoolique sera disponible à plusieurs endroits du salon afin de pouvoir se désinfecter les mains. Ces points de diffusion seront indiqués sur les plans.
L’affluence maximum du salon sera définie selon les règles en vigueur au moment du salon et assurées par un comptage des entrées et sorties du salon. Si nécessaire, une régulation des entrées sera effectuée en conséquence afin de ne pas dépasser la jauge maximale fixée par la préfecture.
Les zones communes, les allées et les sanitaires seront nettoyés fréquemment.

Les engagements demandés aux exposants

Les mesures de distanciation sociale seront respectées dans les salles de conférences et d’atelier, à savoir 1 personne pour 2,5 m2.
les exposants sont invités à veiller au respect des consignes sanitaires sur leur stand notamment :
la mise à disposition de gel hydro-alcoolique pour les visiteurs,
le respect de la distanciation sociale de 1m
le port du masque pendant les périodes de montage, de démontage et d’ouverture au public, y compris pour tous les prestataires extérieurs
Dégustation et cuisine sur le stand
Les personnes en charge de faire déguster et cuisiner devront porter un masque. Le port des gants est vivement recommandé. 
Tout stand proposant de la cuisine sur place devra munir les personnes préparant les mets de charlotte, masque et gants
Les dégustations devront se faire en présence de l’exposant, les denrées ne devant pas être mise à disposition des visiteurs sans surveillance
Des ustensiles à usage unique sont obligatoires (verre cuillère… ): éviter le plastique si possible. Des points d’eau dans les espaces sanitaires seront accessibles en fin de journée pour toute vaisselle.

À Vannes, Chorus et office de tourisme sous une gestion publique commune

Une info intéressante sur les choix opérés par la l'agglomération de Vannes avec un projet de création de SPL  « Golfe du Morbihan Vannes Tourisme » qui va gérer en quasi régie les deux entités Parc expo Chorus et l’office de tourisme.



La délégation de service public avec GL Events pour la gestion du parc Chorus arrive à son terme en juin 2022. On ne s’achemine pas vers un renouvellement de la DSP mais vers un fonctionnement en quasi régie, c’est-à-dire une gestion publique. Une structure baptisée « Golfe du Morbihan Vannes Tourisme » va voir le jour et sur la base d’un actionnariat détenu par l’agglomération. 

On observe ainsi de plus en plus de nouvelles approches portés par les territoires et destinations avec une consolidation des services de promotion touristique, de développement économique ou attractivité, et de gestion des activités congrès et  événements.

Il est heureux de constater que les territoires souhaitent mieux maîtriser leurs organisations internes en mutualisant les compétences et services, et en étant plus impliqués dans la gestion notamment des équipements structurants qui sont si stratégiques. 

Foires, salons et congrès ont repris, souvent… autrement

Un article intéressant dans Sud Ouest https://www.sudouest.fr/economie/foires-salons-et-congres-ont-repris-souvent-autrement-6171757.php  avec le témoignage de Stéphane Kintzig, DG de Congrès et Expositions de Bordeaux.



L’impact du Covid sur l’activité de l’événementiel a rebattu les cartes. Foires, congrès et salons ont repris, avec de nouvelles règles, de nouvelles façons de penser la relation commerciale et la convivialité
Le Covid les a figés, coupés dans leur élan pendant près de quatorze mois. Congrès, salons et foires n’ont pas eu voix au chapitre. Les événements ont été annulés ou reportés à l’année suivante. Organisateurs et exposants ont perdu de l’argent et pour certains de l’espoir. On a tenté les négociations commerciales en digital, avec une certaine frustration et on a tous attendu, public compris, de se rencontrer, d’échanger et faire du business, de nouveau… en chair et en os. C’est le cas depuis le 8 juin 2021, sous condition de jauge, et depuis le 30 juin 2021, sous condition de passe sanitaire.

Avec nos prestataires, nous sommes passés d’une relation purement commerciale à, quand c’est possible, une relation d’échange de services et compétences. 

jeudi 7 octobre 2021

Comment le secteur des congrès et salons peut-il rebondir ?


A noter l'événement organisé par la Chambre de commerce et d’industrie de région Paris Ile-de-France
Lundi 11 oct à 15h
https://www.linkedin.com/events/link-eco-commentlesecteurdescon6848236088763408384/ 

Comment la place de Paris, leader des congrès et salons en Europe, peut-elle rebondir après 18 mois sans événements professionnels ? Avec déjà 154 salons « physiques » annulés en 2021, l’année s’annonce aussi sombre que 2020. L’avenir du secteur passe-t-il par le digital ? A quoi ressembleront les prochains salons et congrès ? Avec quelle clientèle et sur quel modèle économique ?


Les meilleurs experts du secteur répondent à vos questions dans Link’éco, le Linkedin Live de la Chambre de commerce et d’industrie de région Paris Ile-de-France. Un nouveau rendez-vous pour mieux appréhender les enjeux économiques de la région capitale.

Venez échanger avec Renaud HAMAIDE Président de Comexposium et d’UNIMEV, Pablo NAKHLÉ CERRUTI Directeur général de VIParis, Corinne MOREAU Directrice de Promosalons et Didier KLING Président de la Chambre de commerce et d’industrie de région Paris Ile-de-France.

Des questions à poser aux acteurs du secteur ? Réagissez ici dès maintenant. Et rendez-vous en live le lundi 11 octobre à 15h00Comment la place de Paris, leader des congrès et salons en Europe, peut-elle rebondir après 18 mois sans événements professionnels ? Avec déjà 154 salons « physiques » annulés en 2021, l’année s’annonce aussi sombre que 2020. L’avenir du secteur passe-t-il par le digital ? A quoi ressembleront les prochains salons et congrès ? Avec quelle clientèle et sur quel modèle économique ?

jeudi 16 septembre 2021

Le coin des Orga : Sécurité incendie avec le rôle du chargé de sécurité

Avec la reprise d'activité, de nombreux organisateurs doivent reprogrammer les différents événements avec l'intervention des prestataires et partenaires. 

C'est notamment le cas concernant les missions de chargé de sécurité qui doivent être reprogrammées avec en particulier l'exigence de l'envoi du dossier de sécurité en mairie 2 mois avant l'événement.  

Rappel  >> Pour les manifestations de plus de 1 500 m² de surface d’exposition, l’organisateur de salon doit faire appel à un chargé de sécurité. Celui ci-doit être présent pendant toute la durée du montage et de l’ouverture de la manifestation. Le Chargé de Sécurité est imposé dans tous les Etablissements Recevant du Public. Sa mission principale est d'assurer la sécurité du public.



Le terme établissement recevant du public (ERP) désigne les lieux publics ou privés accueillant des clients ou des utilisateurs autres que les employés, notamment les établissements de type T que sont les Salles d’exposition, Espaces Congrès, salons.

Une reprise très encourageante

Tous les professionnels (organisateurs, sites, prestataires ) sont sur le pont pour cette rentrée avec une reprise globale de l'activité très encourageante.

Salons, congrès, événementiels, spectacles.. tous les formats d'événements sont de nouveau dans une dynamique de reprise. 


La crise a été longue avec près de 18 mois d'interruption quasi complète. Si on ne mesure pas encore exactement les effets durables sur notre filière,  on ne peut que constater l'envie de retrouver des formats "physiques" de rencontres. 

Créativité, valeur ajoutée, contenu, expérience clients, .. de nombreux acteurs professionnels ont pris conscience de la nécessité d'enrichir encore plus les formats d'événements pour renforcer leur attractivité et fréquentation. 

Stratégie digitale pour la ville de cannes et ses activités événementielles  

Avec notamment la reprise des évènements au sein Palais des Festivals et des Congrès de Cannes, la ville de Cannes prend le pas de la modernité. Par son adhésion au réseau Hybrid City Alliance, un réseau de villes à travers le monde permettant l’organisation d’événements hybrides en hub multiples, ou l’ouverture de son nouveau studio nommé le Hi5, l’organisme mise aujourd’hui sur des événements à cheval entre diffusion traditionnelle et streaming en direct.



Outre la démocratisation du télétravail, les restrictions de déplacements ont permis l’essor fulgurant des plateformes de streaming. Là où la diffusion en direct sur internet était le plus souvent limitée aux jeux vidéo, un grand nombre de médias cherchent aujourd’hui à s’implanter sur un marché qui prend de plus en plus d’importance. La plus importante plateforme, Twitch, accueille aujourd’hui, en plus des « streamers » de jeux vidéo, des chaines de télévisions, des historiens, et même des hommes politiques.

lundi 6 septembre 2021

Reprise d'activité pour Viparis 

Un article très intéressant publié sur https://www.voyages-d-affaires.com dans lequel Pablo Nakhle Cerruti, directeur général de Viparis, évoque le futur proche des salons et congrès à Paris, mais aussi des horizons plus lointains avec les évolutions engendrées 


Après 15 mois de fermeture, comment envisagez-vous la reprise de l’activité ?
Pablo Nakhle Cerrutti – Pour Viparis, 2021 va ressembler en tous points à l’année 2020. L’an dernier, nous avions travaillé de janvier à la mi mars, soit deux mois et demi, avec, en plus, un peu d’activité en septembre. En 2021, nous allons travaillé en gros trois mois et demi, de 2 septembre avec le salon Maison et Objets au 15 décembre, avec le salon nautique, auxquels on peut ajouter quelques événements en juin dernier.

lundi 30 août 2021

Relancer urgemment le secteur des congrès et salons

Le « Copil des congrès et salons » (1) est un organisme informel regroupant les principaux acteurs nationaux et franciliens du tourisme. Face à l’ampleur inédite des conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire sur le secteur, ce Copil émet 11 préconisations concrètes afin que la reprise d’activité dans l’événementiel se fasse dans les meilleures conditions.


Les professionnels de la filière des rencontres professionnelles, regroupés au sein du Copil des congrès et salons, ne sont naturellement pas restés inactifs pendant la crise sanitaire. Ils se sont associés pour fournir aux pouvoirs publics et aux décideurs des données fiables et partagées sur l’état de la concurrence à l’heure de la reprise d’activité. La situation de 19 villes concurrentes à Paris (issues de 9 pays et regroupant 24 sites de plus de 90 000 m²) ont été étudiées.

Retrouvez le contenu complet des préconisations https://www.cci-paris-idf.fr/fr/prospective/congres-et-salons


lundi 17 mai 2021

Les conditions de la reprise pour l'événementiel 

Tous les acteurs de la filière événementielle sont mobilisés pour la reprise tant attendue. 

Retrouvez ci-joint le tableau récapitulatif des mesures valables à compter du 19 mai pour les différents formats d'événements. 

- de Type L (congrès, réunions, spectacles)
- de Type T (Salons, expositions) 


Ce document a été établi par l'UNIMEV dont Expocert est adhérent.



mercredi 12 mai 2021

La filière veut des dispositifs d’aide jusqu’à fin 2021

L’Unimev (Union Française des Métiers de l’Événement) s’est mobilisé depuis le début de la crise pour défendre les intérêts de ses adhérents et plus largement de l’événementiel professionnel français. Pour l’association, il est important que le gouvernement soutienne la filière le temps de la reprise, pendant encore plusieurs mois.


Le 29 février 2020, Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, annonçait l’interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes. D’autres mesures suivront, qui conduiront à des annulations en cascade de tout type d’événement professionnel, du salon au séminaire d’entreprises, jusqu’à l’arrêt total de l’activité « en présentiel » de la filière. Très vite, le secteur doit gérer reports, annulations et basculement de certains événements en digital.

mercredi 5 mai 2021

Evénementiel : le retour prochain des séminaires amorce la relance

La reprise des séminaires semble en bonne voie avec la réouverture des restaurants d'hôtels le 19 mai
Les restaurants d'hôtels, qui vont rouvrir leurs portes d'ici le 19 mai, devraient permettre de répondre à la demande, déjà vive, de séminaires.

Cet été, les événements d'entreprises et les congrès suivront. Les foires et salons attendront plus logiquement septembre.




C'est peut-être un détail pour vous, mais pour les professionnels de l'événementiel, il veut dire beaucoup : à partir du 19 mai, les résidents des hôtels pourront prendre leurs repas dans le restaurant de l'établissement et non plus dans leur chambre. « Cela signifie que l'on peut faire repartir les séminaires. Or nos clients sont très demandeurs, notamment d'opérations de team building après des mois en télétravail », note le président du directoire de Hopscotch Group, Frédéric Bedin.

Dès le 19 mai, ce ne devrait pas être plus de 6 convives par table a priori, comme pour les terrasses des restaurants, et à partir du 9 juin probablement la même jauge de 50 % que les salles de restaurant.

Des modalités encore à préciser avec le Pass sanitaire

Le 9 juin, c'est justement la date annoncée par le président de la République Emmanuel Macron pour la réouverture des foires et salons, avec 5.000 personnes maximum et un pass sanitaire, les jauges autorisées et la possibilité de restauration debout restant à définir.

Puis le 30 juin devrait sonner la fin des limites de jauges, selon la situation localement, avec toujours le maintien des gestes barrières, de la distanciation sociale et du pass sanitaire pour tout événement de plus de 1.000 personnes.

Peu de salons avant septembre
Mais « le gouvernement doit considérer que l'activité foires et salons ne reprendra qu'à partir de septembre et que les aides devront durer jusqu'à la fin de l'année pour tenir compte du rythme de production d'un événement », estime Frédéric Pitrou, délégué général d'Unimev qui fédère le secteur.




mardi 9 février 2021

Salons, congrès et événements, bientôt la reprise...

Les professionnels de l’événementiel prennent leur mal en patience. 

Il est vrai qu'avec la latence avec laquelle le dispositif de vaccination se met en place, il est très difficile de se prononcer sur une date officielle de reprise. 

Pourra t-on reprendre une activité avant l'été ou seulement à l'automne ? La question de la réouverture des salons, congrès est aussi liée à la position des pouvoirs publics à l'égard de de tous les formats culturels, spectacles et festivals.  

Nous ne pouvons que soutenir notre filière qui attend des mesures cohérentes avec un dispositif d'accueil adapté à la surface réelle de la manifestation et sa fréquentation. 

On ne peut pas continuer à mettre sur le même pied d'égalité tous les formats d'événements sous prétexte qu'ils se déroulent dans un établissement recevant du public de type T ou L. Il est temps que les pouvoirs publics, et en premier lieu les préfectures comprennent nos métiers, et prennent des mesures cohérentes et justes vis à vis d'autres lieux accueillant du public (magasins, musées, .. ). 

dimanche 3 janvier 2021

Il faut sauver le soldat Evénementiel 

Saluons l'initiative de Philippe Valentin (Président de la CCI Lyon Métropole) qui monte au créneau pour défendre la filière événementielle. 

Le secteur évènementiel est le grand oublié du plan de relance. Cette filière souffre d’être très disparate. Elle est totalement sinistrée, à l’arrêt quasi-complet depuis le premier confinement : – 80 % de chiffre d’affaires en 2020 et des perspectives 2021 très sombres. Philippe Valentin, le président de la CCI Lyon Métropole, Saint-Etienne Roanne, monte au créneau :

“A ce jour, le manque de visibilité des entrepreneurs de l’événementiel et du tourisme d’affaires, grandes entreprises ou petites structures est total, et leur moral est au plus bas : 55% d’entre eux disent que le pronostic vital de leur entreprise est engagé à 6 mois*.



Avec près de 18 000 entreprises ayant tout ou partie de leur activité dans cette filière, le territoire de Lyon/Saint-Etienne est le 2° pôle pour l’activité événementielle en France.

Les acteurs sont multiples : ce sont des organisateurs de salons, congrès, foires, événements d’entreprises et événements sportifs, des gestionnaires de sites d’accueil, des prestataires de services, des traiteurs, des artisans, des agences de communications, etc. Ce sont aussi les hôtels, les restaurants, les acteurs du transport, les commerçants qui subissent de plein fouet les conséquences de cette mise à l’arrêt des activités événementielles.

jeudi 17 décembre 2020

la filière réclame une prolongation des dispositifs de soutien

La filière événementielle souhaite le maintien des dispositifs de soutien jusqu’au 30 juin 2021 a minima, ne comptant plus sur un début de reprise avant l’été prochain.



Plusieurs milliers de personnes ont répondu présent à la mobilisation nationale des professionnels de l’événementiel, du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration, le lundi 14 décembre après-midi aux Invalides à Paris, en provenance de la France entière. Côté événementiel, les entrepreneurs, salariés et intermittents étaient parés de leurs casquettes et ballons rouges (la couleur devenue le symbole de l’événementiel). Ils représentaient près de la moitié des présents.


L’organisation du rassemblement a été calme et statique, rythmée par des prises de parole successives dont celles des représentants du collectif événementiel. Cela fait désormais des mois que les organisations réunies au sein de ce collectif (Coésio, France Congrès & Evénements, Créalians, Lévénement, Sympase, Traiteurs de France, La Clé et Unimev) ainsi que le SAE (syndicat des activités événementielles) en appellent au gouvernement pour sauver la filière.

Les données de la filière : Event Data Book de l'Unimev

UNIMEV et son département OJS, en tant qu’Observatoire économique et prospectif du secteur de l’événement en France, présentent chaque année les tendances chiffrées des événements et lieux événementiels : l’EVENT DATA BOOK. Cette nouvelle édition analyse diverses typologies événementielles se tenant en France, l’activité des lieux accueillant ces événements et les benchmarks internationaux. Par son approche pédagogique et grand public, cette étude fait référence pour comprendre l’activité économique de notre filière rencontres d’affaires et événementiel.



Données 2019…
2019 représente encore une bonne année pour notre filière : la France a confirmé sa position parmi les destinations leaders sur la scène internationale. Le secteur a connu une croissance stable par rapport à 2018.

…et tendances 2020
Première évolution de la publication, cette édition 2020 propose également de s’intéresser à l’actualité sans précédent de la filière. Et l’état des lieux de l’année en cours est sans appel. Le secteur est en plein bouleversement, la crise ayant entrainé l’interdiction d’activité sur la majeure partie de l’année. En conséquence, les pertes globales estimées pour les entreprises de la chaîne événementielle française sont de -16,8 milliards d’euros.

mercredi 21 octobre 2020

Une enquête quali-quantitative réalisée par Coach Omnium.

La crise sanitaire avec les interdictions de grands rassemblements, suivie par une crise économique qui ne fait que débuter, ont complètement sonné les professionnels de l’événementiel qui ont vu des annulations en cascade de leurs manifestations déjà programmées, parfois de longue date.

« La demande sur le marché des MICE [1] a fondu comme du beurre dans un four. 3/4 des professionnels interrogés par Coach Omnium prévoient que leur chiffre d’affaires reculera de plus de 50 % en 2020, par rapport à 2019. Ce sera même plus de 70 % de pertes d’activité pour 27 % de ces gros opérateurs ! », rapporte Mark Watkins, fondateur de Coach Omnium.




Cette enquête met des chiffres sur ce constat que tout le monde cernait déjà. En cela, les palais et centres de congrès, les centres de conférences et les parcs des expositions — qui tous sont concernés par les grandes manifestations — ont été en première ligne de cet empêchement généralisé. Il s’en est suivie une chute forcenée, voire un arrêt complet de l’activité de ces structures.

mercredi 30 septembre 2020

La CCI Paris Île-de-France actualise l'impact de la Covid-19 sur les congrès et salons

Au cours du mois de septembre, les derniers grands salons internationaux qui souhaitaient se maintenir ont finalement décidé de renoncer à maintenir leur édition 2020 : World Nuclear Expo, Euronaval (en 100 % digital), All4pack, Foire de Paris & Foire d'Automne, salon nautique de Paris, mondial de la rééducation, Franchise Expo, EquipHotel, Paris Manga, salon de la Photo, IFTM Top Resa...




La CCIR Paris Île-de-France a donc réévalué l'impact économique de la Covid-19 en tenant compte de ces dernières annulations.
-> 69 % des ventes réalisées tous les ans entre les entreprises exposantes et les visiteurs ne se sont pas concrétisées sur les salons en 2020.
-> 60 % des retombées économiques générées tous les ans par les congrès et salons au profit du territoire francilien sont manquantes en 2020.  
-> 64 % des visiteurs et congressistes ne sont pas venus en 2020.
-> 65 % des entreprises n'ont pas eu l'opportunité d'exposer sur les salons en 2020.

Evénementiel: le patronat appelle à «revoir rapidement» les seuils d'aide


Le patron du Medef a appelé le gouvernement à «revoir rapidement» les seuils retenus pour aider les entreprises forcées à fermer totalement ou partiellement en raison du regain de l'épidémie de Covid-19, en particulier dans l'événementiel, et à assouplir ceux fixés pour bénéficier du plan de relance.



«Financer à 100% le chômage partiel et relever les aides du fonds de solidarité quand un établissement est fermé administrativement, ça va dans le bon sens», a estimé Geoffroy Roux de Bézieux dans un entretien au quotidien économique Les Échos mis en ligne mardi soir. Toutefois, «le compte n'y est pas même si cela reste un premier pas», a-t-il ajouté, car «beaucoup d'entreprises sont fermées 'économiquement', je pense au secteur de l'événementiel, aux prestataires de l'hôtellerie». «Pour ces professionnels, le critère de 80% de perte de chiffre d'affaires est trop haut. Il faut revoir rapidement ces seuils», selon le patron du Medef. En outre, «l'acceptabilité des futures mesures, s'il doit y en avoir, nécessitera des efforts de concertation et de pédagogie plus affirmés» car les restaurateurs notamment, «qui ont fait énormément d'efforts, ont ressenti une inégalité de traitement».


ExpoNantes a déjà perdu plus de six millions d'euros à cause de l'épidémie de Covid-19


L'événementiel fait partie des secteurs les plus touchés par l'épidémie de Covid-19. À Nantes, la plupart des salons ont été soit reportés, soit annulés et personne ne sait ce qui va se passer dans les mois qui viennent.




De nombreux salons ont du être annulés ou reportés au parc des expositions de Nantes (photo d'illustration)
De nombreux salons ont du être annulés ou reportés au parc des expositions de Nantes 
Les représentants de l’hôtellerie, des cafetiers et de la restauration sont reçus à Matignon, ce mardi matin, pour faire part de leurs difficultés avec l'épidémie de Covid-19.  Mais rien du côté de l'événementiel, alors que les annulations et les reports de salons, congrès s’enchaînent. Dernier en date, le festival "Art to Play" qui réunit chaque année environ 40.000 personnes au parc des expositions de Nantes et qui devait avoir lieu au mois de novembre. Il est annulé.

lundi 31 août 2020

Salons et congrès : reprise autorisée mais avec beaucoup d'incertitudes


Les professionnels de l’événementiel peuvent souffler : tous les salons, foires et autres congrès pourront rouvrir le 1er septembre mais avec la contrainte d'une jauge limite de 5 000 personnes. Tous les visiteurs pourront être reçus, dans le strict respect des règles sanitaires (masque obligatoire, sens de circulation, distanciation dans les files d’attente, etc.).



On observe néanmoins beaucoup de manque de clarté sur l'application des mesures (interprétation de la jauge des 5000 pers par site ou par hall, sur la journée où à l'instant t..) 
Les organisateurs d'événements et gestionnaires de sites sont vraiment livrés à eux mêmes pour essayer de comprendre les mesures et leurs applications. A cela, ajoutons la disparité des appréciations selon les départements et préfectures. 

L'événementiel doit participer au plan de relance de l'économie. De ce point de vue, on peut espérer que l'annonce par le gouvernement de la nomination de sous-préfets à la relance (https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/08/30/des-sous-prefets-a-la-relance-bientot-nommes-partout-en-france_6050384_823448.html ) viendra partager cette dynamique. 

Il est urgent que notre filière soit enfin considérée à sa juste valeur avec de nombreux emplois à la clé, et des retombées économiques majeures pour les territoires; 

Marta Gomes (ICCA / Viparis) : « Montrer que l’organisation de congrès internationaux, c’est possible »


Marta Gomes est directrice adjointe du service commerciale de Viparis ; elle est aussi vice-présidente de l’ICCA, qui organise son congrès annuel au mois de novembre. C’est à ce double-titre qu’elle répond à nos questions.




Du 1er au 3 novembre prochain, l’Association internationale des congrès et conventions (ICCA), organise pour la première fois son congrès annuel sous format hybride. Le signal d’une nouvelle tendance ?

Marta Gomes : En tout cas, le premier signal est que ce congrès mondial est maintenu, ce qui n’est pas une évidence dans le contexte actuel. Au niveau du board de l’ICCA nous n’avons jamais pensé qu’il en serait autrement : c’était évidemment de notre responsabilité de montrer que des événements internationaux pouvaient avoir lieu, quitte à les aménager. Mais pour nos 1.100 membres adhérents (organisateurs d’événements, lieux de MICE, bureaux des conventions…), ça ne coulait pas de source. Quand nous avons annoncé, en mai dernier, que ce congrès aurait bien lieu, l’accueil a été chaleureux, voire enthousiaste. Et vu le contexte, il aura effectivement lieu sous format hybride.

article publié sur https://www.deplacementspros.com/mice/marta-gomes-icca-viparis-montrer-que-lorganisation-de-congres-internationaux-cest-possible 

Masque obligatoire et zone rouge : nouveau coup dur pour les salons franciliens


L’accélération du taux de circulation du virus a obligé les pouvoirs publics à prendre de nouvelles mesures sanitaires. Une source d’inquiétude supplémentaire pour le secteur du Mice, alors que l’heure de la reprise de l’activité des salons et congrès devait sonner dès ce mois de septembre.



Les pouvoirs publics, à la demande de l’Union française des métiers de l’événement (Unimev) et d’autres organisations représentatives du secteur, avaient fixé, en juin dernier, la reprise des salons, foires, congrès et autres grands événements pour le 1er septembre, «compte tenu de l’évolution satisfaisante de l’épidémie sur le territoire français métropolitain».

Cet été, avec l’accélération de la circulation du virus, le Premier ministre était en partie revenu sur cette décision, en annonçant l’interdiction de la tenue de grands événements jusqu’à la fin du mois d’octobre. La multiplication des nouveaux cas, ces derniers jours, a imposé de nouvelles mesures sanitaires, lesquels pourraient bien avoir un impact négatif sur la reprise de l’activité Mice. Ainsi, en Île-de-France, le port du masque est obligatoire à Paris et en petite couronne, depuis ce vendredi matin. Il s’ajoute au placement des autres départements de la région – Paris l’était déjà depuis quelques jours – en zone rouge depuis ce jeudi 27 août.

dimanche 2 août 2020

Les foires et salons pourront se tenir dès septembre


Franck Riester, ministre en charge du Commerce extérieur et de l’Attractivité a annoncé une reprise des événements professionnels sous conditions.



Le secteur a fait grise mine au cours des derniers mois. Face à l’épidémie de Covid-19 et aux mesures sanitaires nécessaires pour freiner la propagation du virus, de nombreux salons majeurs ont été annulés au cours des derniers mois. Du Mondial de l’auto au Salon International de l’Alimentation (SIAL) à Paris Games Week, aucun secteur n’a été épargné. Pire, l’incertitude pèse encore sur les prochains mois. L’annonce de Franck Riester, ministre en charge du Commerce extérieur et de l’Attractivité pourrait donc être vue comme une éclaircie bienvenue. A l’occasion d’une réunion de travail avec Viparis, relayée par Les Echos, il a autorisé la réouverture des foires et salons au 1er septembre.


mardi 21 juillet 2020

Le Covid-19 force les salons professionnels et autres foires à faire leur mue numérique

Automobile, tourisme, technologies, design, littérature: toute l'industrie des salons, congrès et expositions doit, en l'espace de quelques mois, faire sa mue. Si certains événements misent sur le virtuel, les rencontres physiques restent parfois incontournables lors de ces rendez-vous qui sont aussi l'occasion de faire du business.
Très affecté par la crise sanitaire qui a condamné les salons brassant des milliers de participants, le secteur de l'événementiel doit faire sa mue en accéléré, en misant beaucoup plus sur le virtuel et les formats "hybrides".


Dans le monde entier, le confinement et les restrictions de circulation ont entraîné des annulations et reports en cascade pour les foires et salons. Et alors que l'incertitude sanitaire liée au Covid-19 perdure, certains gros événements prévus au second semestre 2020, voire en 2021, sont déjà déprogrammés.

mardi 7 juillet 2020

Le redémarrage attendu : maintenant ou jamais ? 

L'enjeu pour toute la filière événementielle à l'arrêt depuis début mars est que le redémarrage de l'activité en septembre se déroule dans les meilleures conditions. 

Malgré l’incertitude liée à la crise sanitaire et le report de la plupart des grands salons internationaux à 2021, nous observons que plusieurs organisateurs ont fait le choix de maintenir la tenue de leur événement à l'automne. 



Au-delà du choix qui est fait de maintenir l'événement dans un contexte de commercialisation sans doute plus délicat, et de règle sanitaires qui s'imposent, il y a un constat partagé que la tenue des salons et événements est importante pour tout l'écosystème économique. 

Même si les événements de la rentrée et ceux des exercices 2020 et 2021 seront impactés directement par les effets de la crise, l'annulation pure et simple aurait des conséquences encore plus lourdes. Rien n'assure également que les reports se déroulent dans de meilleures conditions. 

Dans ce contexte inédit, où les pouvoirs publics ont fait le choix de contraindre notre filière estimant une dangerosité plus forte de propagation du virus dans des ERP fermés, alors que bon nombre d'espaces comparables (aéroports, gares, magasins, parc de loisirs, bars/restaurants.. ) ont pu réouvrir depuis début juin, il est urgent que nous prenions en main notre destin.  

Il est vital de maintenir la tenue de nos événements même dans ce contexte d'incertitude, pour permettre en premier lieu aux structures organisatrices de passer le cap. Il est essentiel de montrer à tous nos publics d'exposants, partenaires, visiteurs.. notre capacité à à nous adapter et poursuivre les collaborations.  

Un salon ou congrès, c’est d’abord du présentiel, que le numérique ne peut pas remplacer. Les entreprises qui participent  et investissent sur la rencontre, ont parfaitement assimilé les forces du media événement.

Les salons sont utiles pour les filières économiques. Le virtuel a du sens sur certains éléments mais, ne saurait remplacer la richesse de la rencontre physique, humaine, conviviale. 
Notre filière est essentielle pour la reprise et le maintien de l'emploi. 

vendredi 12 juin 2020

Le décret à la loupe 


Décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire
Un nouveau décret modifie les règles prescrites dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire prorogé jusqu’au vendredi 10 juillet inclus. Rappelons qu’une 2e prorogation de l’état d’urgence sanitaire, si elle était décidée devrait être soumise à l’approbation du Parlement.

1- Le décret interdit de manière assez générale l’organisation d’événements
1.1- Jusqu’au 31 août 2020
– Le décret reprend l’interdiction des événements de + 5000 personnes.

1.2- Jusqu’au terme de l’état d’urgence sanitaire (10 juillet 2020)
– Le décret interdit aux ERP de type T (expositions, foires salons…) d’accueillir du public ;
– Le décret interdit  aux ERP de type L (salles de conférence/réunion/spectacle) et de type CTS (chapiteaux) situés en zone orange d’accueillir du public ;
– Le décret interdit les rassemblements à caractère non professionnel de + 10 personnes sur l’espace public.

mercredi 3 juin 2020

Réouverture partielle pour les réunions/congrès et spectacles.. mais salons toujours confinés


Les annonces gouvernementales en date du 28 Mai laissaient entrevoir la possibilité pour notre filière de relancer l’organisation et l’accueil d’événements à compter du 2 juin avec la mise en place d’un protocole sanitaire rigoureux soumis à l’autorisation des préfets. 

De nombreux opérateurs de la filière formulait cet espoir que toutes les activités événementielles (salons, expositions, congrès, spectacles) puissent redémarrer en juin pour donner l’impulsion nécessaire permettant aux organisateurs de se projeter pour la rentrée.

Malheureusement, la lecture du décret du 31 Mai, qui interdit toute manifestation de type T (foires-expositions, salons) jusqu’à nouvel ordre, a douché cet espoir. 

A contrario, d’autres manifestations de type L (spectacles, congrès, réunions) sont autorisées par ce décret dans les zones vertes avec certaines contraintes (disposer d’une place assise avec distanciation, mesures de gestion des accès, port du masque). 

vendredi 29 mai 2020

Reprise de l'activité à partir du 2 juin 

Si les professionnels de l’événementiel savent gérer les imprévus, et ont su faire face à différents
épisodes (crise h1n1, plan vigipirate, gilets jaunes, etc ;. .), la situation actuelle inédite avec la crise
du Covid 19 exige un redémarrage le plus rapide possible.
En effet, notre secteur événementiel et spectacles est composé de petites et moyennes structures,
d’indépendants, de freelances, etc.. qui sont aujourd’hui lourdement impactés par l’arrêt total de
notre activité depuis 3 mois, et n’ont plus les moyens d’attendre.

Manifestement, le gouvernement a compris cette urgence en permettant une reprise de l'activité à compter du 2 juin sous réserve de mise en place d'un protocole sanitaire validé par les autorités locales (préfet ) et avec avis du maire. 


Il est vital que l’activité redémarre en juin pour donner l’impulsion nécessaire permettant aux
organisateurs de se projeter pour la rentrée et engager les travaux d’organisation avec les
investissements que cela implique.

mercredi 20 mai 2020

Vers la reprise dans les zones vertes ?

Les organisations professionnelles de notre filière et les entreprises se mobilisent auprès des pouvoirs publics pour faire valoir l'urgence d'entamer la phase de reprise des activités événementielles. 

OUI, il est temps d'enclencher avec prudence et respect de strictes mesures sanitaires ce processus de redémarrage de l'activité. 
Salons, séminaires, congrès, expo, manifestations sportives, spectacles.. tous les événements ne seront sans doute pas appréciés de la même façon. 
Jauge maxi de public, nature des échanges, densité m² de public,.. etc
Autant de facteurs qui pourraient être pris en compte pour évaluer les risques et graduer les mesures de restriction. 

Une première étape pourrait être franchie très prochainement avec les réunions de 10 personnes maximum qui pourraient être autorisées dans un cadre professionnel.  Le décret n°2020-545 du 11 mai 2020 prévoit en son article 6 la possibilité pour « tout rassemblement, réunion ou activité à un titre autre que professionnel sur la voie publique ou dans un lieu public, mettant en présence de manière simultanée plus de dix personnes, est interdit sur l’ensemble du territoire de la République ».
Les lieux recevant du public pourraient donc ouvrir pour des réunions professionnelles uniquement, en respectant les mesures d'hygiène et les gestes barrières. 

L'étape la plus marquante pourrait être celle du 2 juin avec les mesures prises sur les secteurs du tourisme et hôtellerie / restauration. L'enjeu pourrait être celui d'une réouverture des ERP pour les événements de moins de 5 000 pers dans les départements classés en vert. 


jeudi 14 mai 2020

Quel protocole sanitaire pour l'événementiel ? 

Pour la reprise d'activité de notre filière événementielle, l'un des enjeux majeurs est celui de la mise en place d'un protocole sanitaire cohérent. 
Comment rendre possible la tenue d'un événement (salon , congrès, spectacle, expo..) dans un lieu fermé ?  Les organisations professionnelles avancent sur le sujet en lien avec le gouvernement. On peut d'ores et déjà imaginer la nature des mesures qui pourront être demandées : 

Jauge maximum à respecter
De manière générale, on peut s'attendre à ce q'un principe de jauge maximum de public soit imposée. Il est notamment évoqué la règle d'un visiteur / 3 m² . Cela supposerait donc d'anticiper cette limite avec le décompte des tous les personnels techniques, exposants, visiteurs sur site. 
Cette mesure amène les organisateurs d'événements à devoir en amont apporter des éléments objectifs et précis sur leur manifestation (fourniture du PV de certification des chiffres de fréquentation et surfaces pour attestation de jauge ), et également mettre en oeuvre sur site tous les moyens nécessaire pour le comptage et le respect de cette limite de jauge. 

Les gestes barrières dans le lieu de l’événement 
- Le savon et gel hydro alcoolique en libre service
- La distanciation physique d’un mètre en salle 
- La circulation des participants avec entrées et sorties différenciées 
- La robinetterie sans contact dans les sanitaires sera mise en place et sera nettoyée autant que possible
- Le port du masque obligatoire 
- Le rappel des règles et gestes barrière sera affiché dans l’ensemble du lieu de l’événement
- Un protocole de désinfection par les équipes de ménage 
- Un marquage au sol d’un mètre dans les espaces d’attente 
- À l’arrivée de chaque participant, le lavage des mains sera obligatoire
- Des protections en plexiglas mises en place sur certains espace d'accueil (guichet, etc.. ) 
- La limitation de toute forme de contact physique (ex : dématérialisation des badges pour éviter tout contact . etc. )  

jeudi 7 mai 2020

Un protocole sanitaire pour la filière événementielle

Les organisations Coésio, France Congrès et événement, Lévénement, Synpase, Traiteurs de France et Unimev,  réunit dans un collectif, propose aux pouvoirs publics un protocole sanitaire adapté pour organiser la reprise de la profession. 



La rédaction d’un référentiel sanitaire commun est en cours pour : 
- adresser des gages au gouvernement, pouvoirs publics (administrations...), collectivités territoriales,
- renouer avec la confiance des clients et partenaires (mise en avant dialogue et bonne coordination entre les métiers),
- inscrire l’événementiel comme une des briques de la chaîne d’accueil en France, et en cohérence, 
- privilégier les interactions et complémentarités avec la filière tourisme au plan local, 
- informer les entreprises de la filière sur les bonnes pratiques à mettre en place (protection des salariés, organisation, adaptations techniques, etc.), 
- accroître dans la durée l’efficacité des mesures/pratiques définies et leur bonne cohérence entre les métiers.
 
Ce protocole sera établi sur la base des dernières recommandations des autorités de santé.

lundi 4 mai 2020

Une des clés du déconfinement pour la filière événementielle

Les professionnels de l'événementiel appellent de leurs voeux à une reprise de l'activité des salons, congrès et événements.

L'un des clés de cette reprise, au-delà des mesures barrières, est vraisemblablement de mieux gérer les flux visiteurs et personnels exposants/ prestataires sur sites. Il est fort à parier que le déconfinement sera organisé avec plusieurs contraintes de jauges par espaces/halls. etc

EXPOCERT, en tant qu'organisme accrédité par le COFRAC, est ainsi en mesure d'accompagner les organisateurs de manifestations en apportant son expertise concernant la certification des données chiffrées des événements.


Expocert peut ainsi établir  un certificat attestant :
- du nombre de visiteurs par jours d'ouvertures / m² brut.
- de la surface moyenne des dernières sessions en incluant la moyenne du visitorat / jours d'ouverture.

Cette attestation éditée par EXPOCERT permet ainsi de justifier du nombre moyen de visiteurs par jours d'ouverture au public de la manifestation concernée à l'aide de chiffres certifiés par un organisme tiers indépendant.

Pour toute question : 01 47 84 01 56 - info@expocert.fr 

mardi 14 avril 2020

Un début d’année marqué par des circonstances exceptionnelles et inédites.

La crise sanitaire du Covid-19 a entrainé une crise économique mondiale historique. Les conséquences pour Paris Île-de-France, l’une des premières destinations touristiques au monde, sont et seront colossales pour les différents segments de la filière tourisme française (tourisme d’agrément et tourisme d’affaires).

Téléchargez l'étude publiée par la CCI de Paris

Le secteur des salons ainsi que tout l'écosystème gravitant autour de ce média ont rapidement été très impactés par la crise sanitaire du Covid-19. Sur les 56 salons programmés en mars, 39 ont été reportés, 12 annulés, seuls 5 ayant pu se tenir en début de mois  !

La CCI Paris Ile-de-France estime qu’environ un million de visiteurs (soit 10 % de la fréquentation annuelle des visiteurs sur les salons) et près de 15 000 exposants (soit 14 % du total annuel) auraient annulé leur venue sur les salons franciliens.

vendredi 10 avril 2020

L'UNIMEV lance une grande enquête 

L'UNIMEV appelle tous les acteurs de l'événementiel à répondre à une grande enquête sur l'impact des reports et annulations sur leur activité. Le but ? Informer ses partenaires institutionnels de l'impact du Coronavirus sur la filière événementielle.

Marie-Sophie Capelle, responsable des études à l'UNIMEV.



Vous lancez une enquête pour connaître l’impact économique de la crise sur les entreprises de l’événementiel.

Coronavirus à Cannes : Les professionnels « sont tous impactés et de nombreux emplois sont affectés » par les annulations de congrès

Avec la crise du coronavirus, de nombreux congrès et festivals sont annulés à Cannes.
Paul Zilk, le président de Reed Midem, qui organise de nombreux salons sur la Croisette, a répondu aux questions de 20 Minutes.

Il évoque « la perte de revenus et de travail due à la pandémie » que ces annulations font peser sur toute l’économie azuréenne.
Avec les premières annulations de congrès, déjà début mars, le maire de Cannes avait prévenu : la crise du coronavirus allait faire peser le risque d'« un véritable désastre social et économique » dans la cité des festivals.

Un mois après, l’hécatombe des salons s’est confirmée et c’est toute une industrie, celle du tourisme et de l’événementiel, qui va être impactée. En plus du Cannes Lions (le festival de la publicité) annulé en juin, et du Festival de Cannes, qui ne se tiendra pas en mai, le MipTV, le Midem et le Mipim (dont un report envisagé en juin ne s'est finalement pas concrétisé) sont déjà passés à la trappe.

vendredi 13 mars 2020

Nécessaire cohésion de la filière événementielle 

La crise du coronavirus frappe de plein fouet notre filière événementielle avec les sites d'accueils, les organisateurs, les prestataires, et toute la chaîne d'accueil.  
La filière évoque 335.000 emplois menacés immédiatement et des centaines de fermetures d’entreprises. Elle en appelle aux pouvoirs publics.



Tout l'enjeu de cette crise inédite et brutale est de trouver les forces de solidarité entre tous les acteurs de la filière. L'interdépendance des acteurs doit se révéler par une entraide et soutien dès que cela est possible.

Nombre total de pages vues

BLOG FOIRES SALONS CONGRES

BLOG FOIRES SALONS CONGRES
SALON CONGRES EVENEMENTS PARC EXPOSITIONS